10 Questions avec... Kelly Behun

10 Questions avec... Kelly Behun

Kelly Behun a parcouru un long chemin depuis Pittsburgh. Mais les valeurs du style midwestern qui lui ont été inculquées par sa ville natale ont donné naissance à la vision du monde sans arrière-pensée qu'elle a aujourd'hui. Cela l'a aidée à garder les pieds sur terre tout au long de sa carrière de designer, qui a débuté au sein de la société Ian Schrager à la fin des années 1990, aux côtés d'Anda Andrei et d'Andrée Putman, qui figurent au panthéon du design intérieur. Behun a lancé son studio éponyme à New York en 2001 et s'est depuis constitué un portefeuille de projets et de meubles frappants et urbains, tout en gardant un œil sur la fonctionnalité. Elle nous explique comment elle s'y prend.

Participez à la remise des prix NYCxDESIGN avant le 7 avril.
ID : Votre diplôme de la Wharton School of Business de l'université de Pennsylvanie et votre expérience professionnelle dans d'autres secteurs ont-ils eu une incidence sur votre carrière de designer ? Vous ont-ils apporté des connaissances que vous n'auriez peut-être pas eues autrement ?

KB : Oui. J'ai compris assez rapidement que je n'étais pas fait pour la finance. Lorsque vous êtes assis dans une salle de classe, dirigée par un professeur de classe mondiale, entouré de quelques-uns des meilleurs jeunes esprits du domaine, et que vous ne pouvez vous empêcher de penser que l'éclairage vieillit tout le monde et que la couleur des murs est trop verte, c'est probablement une bonne indication que vous ne serez pas économiste quand vous serez grand. Le bon côté des choses, c'est que cela m'a fait sortir de ma zone de confort de la meilleure façon qui soit, et que cela m'a aidé à cristalliser ce que je voulais faire. De plus, je suis toujours aussi doué pour lire un tableur.

ID : Avez-vous appris quelque chose de votre pop-up Barneys New York, A Kook Milieu, que vous reporterez sur vos projets futurs ?

KB : J'ai un nouveau respect pour le secteur de la vente au détail, c'est comme monter un spectacle de Broadway tous les jours : Vous devez enchaîner les succès et convaincre les gens de venir à votre spectacle et non à celui d'en face. En tant que designer, il a été extrêmement utile de voir de première main ce à quoi les gens réagissent et pourquoi.

ID : Sur quoi travaillez-vous ?

KB : De magnifiques maisons pour des clients et un appartement modèle dans une nouvelle tour emblématique de Manhattan, ainsi que ma prochaine ligne de meubles et d'accessoires. Je travaille avec de nouveaux supports - le bronze et le verre soufflé - ce qui est passionnant.

ID : Quelle est la pièce de la maison que vous préférez concevoir et pourquoi ?

KB : Les chambres d'enfants, parce qu'elles me rappellent de bons souvenirs : j'ai refait ma propre chambre quand j'avais 13 ans et j'ai trouvé cela très valorisant.

ID : Une source secrète ou un artisan récemment découvert que vous êtes prête à partager ?

KB : Wallpaper Projects pour des papiers peints magnifiques et inhabituels. Pour mon stand, je leur ai demandé de photographier des textiles peints de l'artiste Kim MacConnel et de les imprimer sur leur papier, qui a une fine texture de lin mat et qui est repositionnable.

Il y a aussi Monty Mattison, un brillant artiste céramiste qui crée les "sculptures vivantes" les plus magiques, elles ne ressemblent à rien de ce que j'ai vu auparavant. Je l'ai trouvé au fond d'un terrier d'Instagram, où l'on ne se souvient plus comment on est arrivé, mais où l'on est content d'être arrivé. Bien qu'il ait un compte, Monty s'est avéré extrêmement difficile à retrouver. Il n'est pas facile d'avoir une empreinte en ligne presque nulle de nos jours, et le fait qu'il n'y avait rien sur lui à l'époque m'intriguait d'autant plus.

ID : Une couleur de peinture préférée ?

KB : Benjamin Moore & Co. Cedar Ridge est un joli beige rosé aux tons chair. C'est comme une étreinte chaleureuse.


KB : Des stylos noirs Bic Cristal mélangés à un stylo bleu Bic Cristal occasionnel si j'ai envie d'être audacieuse et de mélanger un peu les choses.

ID : Un objet dont vous ne pourriez pas vous passer ?

KB : Les post-it - toutes les tailles, toutes les couleurs. Mon bureau en est un collage de plusieurs couches. Dernièrement, ma technique consiste à écrire une tâche par note et à les coller sur mon ordinateur ou mon bureau. Lorsque j'ai accompli une tâche, je décolle le post-it correspondant et je le jette. C'est extrêmement satisfaisant à un niveau primitif, tellement mieux que de simplement rayer quelque chose sur une liste.

ID : Le bâtiment historique le plus admiré ?

KB : La Casa Batlló d'Antoni Gaudí à Barcelone, pour la radicalité qu'elle devait avoir à l'époque - et qu'elle a toujours aujourd'hui. Quand on y entre, on a l'impression d'avoir été transporté dans la tête de Gaudi et de voir le monde à travers ses yeux.